Tout savoir sur le peeling

par manonsafavi

Lire

Tout, vous saurez tout sur le . Une technique de médecine esthétique qui ne date pas d’hier certes, mais les pratiques ont évolué. Mise au point sur les différents types de peeling, leurs effets et à qui ils sont adressés, voire déconseillés.

Gommage, microdermabrasion et peeling

Le mécanique désigne la technique que l’on pratique soi-même à la maison, avec un gommage à grains vendu dans le commerce. La microdermabrasion quant à elle, se pratique chez le dermatologue. (Méfiez-vous des esthéticiennes qui proposent ces prestations). Pour la microdermabrasion, comptez de 4 à 6 séances espacées d’environs 15 jours. La fréquence est à déterminer selon votre peau et vos besoins avec votre dermatologue. Cette technique est décrite comme plus douce que les peelings chimiques et conseillée aux peaux noires. En effet, le peeling chimique est plus fort que les deux autres techniques.

Peeling TCA, enzymes ou AHA ?

On distingue deux types principaux de peeling.iStock
Tout d’abord les peelings aux AHA, acides de fruits, également appelés à l’acide glycolique. Ce sont les plus doux et les plus courants. Plusieurs séances pratiquées avec 2 à 3 semaines d »intervalle permettent de donner un coup d’éclat, voire d’améliorer la qualité de la peau et d’agir sur les cicatrices et les . Selon les besoins de chacun, les médecins vous orientent soit vers un peeling aux AHA, aux enzymes ou aux TCA. Ceux aux enzymes sont très légers, raison pour laquelle on associe régulièrement enzymes et AHA.

Les peelings aux TCA (acide trichloracétique) sont réputés pour être plus forts que leurs cousins aux AHA. Pourtant, tout dépend de la concentration du produit qui est appliqué sur la peau. En effet, ils peuvent être dosés à 15, 20 ou 30%, selon le diagnostic posé par le dermatologue. Tout comme les peelings aux AHA, les peelings aux TCA agissent sur la couche superficielle de l’épiderme en éliminant les peaux mortes favorisant ainsi le renouvellement cellulaire. Selon la formule choisie, les actifs vont plus ou moins agir en profondeur.

Le peeling au laser ? Au phénol ?

Le peeling au phénol est pratiqué par une petite poignée de dermatologues experts.iStock En effet, le phénol est un actif puissant qui va pénètrer jusqu’au derme, c’est-à-dire la couche moyenne de la peau. Ce type de peeling est donc réalisé dans un bloc opératoire avec une surveillance cardiaque rapprochée. Côté laser, la technique permet de favoriser le renouvellement cellulaire de certaines zones, avec précision. Limitant ainsi les effets post-opératoires. Idéal pour celles qui ne souhaitent pas se retirer du monde pendant quelques jours après leur peeling.

Et après ?

Même après un peeling superficiel, il est indispensable de ne pas s’exposer au soleil et de porter un écran de ville durant environ 3 semaines. Parce que le but est d’améliorer l’aspect et la qualité de la peau en favorisant son renouvellement, les jours suivants un peeling, la peau pèle par zones ce qui rend parfois indispensable ce que les médecins nomment l' »éviction sociale ». Croutes, voire gonflé. Prévoyez plusieurs jours avant de retrouver une peau « normale ». A renouveler tous les un ou deux ans, selon les besoins de votre peau.

De nombreux médecins sont réticents à l’idée de pratiquer un peeling sur les peaux noires. En effet, la cicatrisation est plus difficile sur les peaux qui ont fort taux de mélanine. Les patientes qui s’y essaient risquent une hyperpigmentation donc méfiance. Les peeling doux sont donc largement préconisés dans ces cas de figure.

Vous ne savez pas quel exfoliant est fait pour vous ? Lisez notre guide d’achat Comment choisir son gommage !