Les pires cosmétiques de l’Histoire

par manonsafavi

Lire

Avant nos cosmétiques élaborés dans des laboratoires de R&D et leurs emballages ultra-marketés, il existait déjà des soins et du make-up. Dont certains à la composition plus que douteuses. Petit florilège des pires cosmétiques de l’Histoire, avec un grand H.

1 – Le fond de teint au plomb

Pendant des siècles, le plomb faisait partie de la vie quotidienne. Le à base de plomb, et de vinaigre parfois, était couramment utilisé. Aussi bien par les femmes que par les hommes. Or, le plomb est tristement célèbre pour ses dangers sur la santé, notamment sur le système nerveux. Ca ne donne pas vraiment envie de tester les de l’époque.

2 – L’enlumineur au mercure

A partir de la Renaissance, les femmes ont commencé à rechercher l’éclat. Ca vous rappelle d’autres personnes, non ? Nous, comme en témoigne la tendance du strobing. Toutefois, jusqu’au XIXième siècle, les enlumineurs contenaient du mercure. Très efficace mais aussi très mortel, le mercure causant un empoisonnement long et pernicieux.

Vigée Lebrun

3- Des sourcils en poil de souris

L’astuce pour arborer fièrement des Cara-approved il y a quelques siècle ? Les poils de souris. Des petites postiches, sortes de mini perruques, pouvaient se coller à la place des sourcils. Vous avez un haut-le-coeur ? Nous aussi.

4- De la belladone pour l’éclat du regard

La belladone est une plante célèbre pour avoir été employée par les Italiennes en tant que cosmétique durant la Renaissance. Appliquée en pommade sur les paupières, elle permet une dilatation de la pupille, reproduisant l’effet du désir physique. Un atout charme pour les séductrices jusqu’à ce qu’elles deviennent aveugles. La belladone est en effet un poison lorsqu’elle est utilisée à haute dose.

5- Des sangsues pour blanchir le teint

Pourquoi s’embêter avec des quand on peut adopter une technique naturelle ? C’est ce que faisaient les gens aux Moyen-Âge. Grâce à des saignées réalisées par des sangsues, ils avaient un de porcelaine. Ecolo ? Tout à fait. Dangereux ? Complètement !

6- Le mascara de l’horreur

Dans les années 1930, le maquillage se répand. Certaines marques n’ont pas hésité à commercialiser des produits à la composition douteuse. Notamment Lash Lure et sa teinture permanente pour les cils. Un des plus gros scandales cosmétiques de l’Histoire. Ou en tout cas le plus médiatisé. En 1933, Mrs Brown, une socialite américaine applique durant 3 mois le produit jusqu’à devenir aveugle. La marque Lash Lure existe toujours aujourd’hui, avis aux téméraires !

FDA Flickr

De quoi nous faire apprécier nos cosmétiques actuels à la composition parfois un peu chimique, mais inoffensive pour la santé. Enfin, à priori.

Connaissez-vous d’autres cosmétiques étranges ?