Les tendances cosmétiques pour 2014-2015

par magali

Lire

Cocorico: le salon européen In-Cosmetics, le grand rendez-vous des fournisseurs d’actifs cosmétiques, avait lieu cette année à Paris, du 16 au 18 avril. Il s’agit de l’endroit rêvé pour découvrir les tendances cosmétiques de demain et les réponses aux préoccupations émergentes proposées par les fabricants. L’équipe Beautistas s’est promené dans les couloirs du salon afin de dénicher pour vous les grands actifs en devenir, porteur de jeunesse éternelle, et les nouvelles textures innovantes qui transformeront votre expérience sensorielle…

 

Pleins pouvoirs aux antioxydants!

Il ne s’agit pas là d’une découverte, mais plutôt d’une re-découverte. Les antioxydants constituent le fondement de la lutte anti-âge. Ils aident à lutter contre les radicaux libres, premiers responsables du processus de , qui sont générés par des facteurs environnementaux comme le soleil, la pollution, le stress, le rythme de vie, etc.

De récentes découvertes scientifiques ont permis de mettre en avant les conséquences en cascade de ce stress oxydatif. Elles apparaissent aujourd’hui sous un nouveau nom : Inflame-Ageing, déjà très tendance en Asie.

Misez sur la vitamine C couplée à la vitamine E, une valeur sure.

Demain, vos soins regorgeront d’antioxydants qui agiront en parfaite symbiose afin de protéger vos cellules tout au cours de la journée. Votre « dépolluera » votre peau du stress oxydatif accumulé, alors que votre aura pour mission de « recharger » votre bouclier antioxydant, pour préserver votre capital jeunesse des attaques oxydatifs.

Au-delà des UVA et des UVB, les infrarouges…

 … les infra-rouges sont encore sujet à controverse

Les débuts de la lutte contre les méfaits du soleil a débuté avec les UVB, responsables des coups de soleil, certes douloureux, mais aux conséquences limitées à la surface cutanée. Plus récemment, la recherche s’est penché sur les UVA, aux effets beaucoup plus nocifs,qui seraient responsables pour 80% du vieillissement environnemental et pénètrent jusqu’au derme profond, où ils génèrent un stress oxydatif important. C’est pourquoi il est indispensable de se protéger avec un soin approprié, possédant un double bouclier anti-UV.

Mais les attaques liées à l’exposition au soleil ne s’arrêtent pas là: il faut désormais compter sur les infrarouges comme nouvel ennemi de notre capital jeunesse. Jusqu’à présent, nous savions peu de choses sur les effets de ces rayons faisant partie du spectre lumineux invisible. Bien qu’on ne puisse pas les voir, on peut ressentir leurs effets sur la peau car ce sont eux qui génèrent la sensation de chaleur ressentie lorsque l’on s’expose au soleil. Cette chaleur générée par les infrarouges sur la peau précipiterait le vieillissement cutané photo-induit car ils pénétreraient plus profondément que les ultra-violets et provoqueraient ainsi des lésions de l’ADN. Les fournisseurs d’actifs ont baptisé ce phénomène l’infra-ageing ou le thermal-ageing.

Lancaster, en pionnier de la , utilise déjà l’Infrared Technology dans ses produits depuis 2012. Il se peut qu’à l’avenir, les crèmes de jour classique élargissent leur spectre anti-UV pour intégrer également une protection infrarouge au quotidien, comme c’est déjà le cas en Corée.

Notre conseil : Attendre encore un peu avant de succomber à cette tendance. En effet, les infra-rouges sont encore sujet à controverse: si certains sont néfastes, d’autres peuvent être bénéfiques pour l’organisme. Après tout, il s’agit tout simplement d’alarmes à incendie naturelles qui indiquent à notre corps par la chaleur quand nous mettre à l’abri pour éviter de brûler…

BIO vs TECHNO

Deux tendances de fond se confirment, la toute puissance technologique d’une part et le naturel & bio d’autre part : choisissez votre camp!

La tendance naturelle ne date pas d’hier, mais elle s’est bien développée depuis les recettes maison de nos aieuls. De nos jours, les ingrédients sont sublimés et les acteurs du secteur découvrent encore les pouvoirs de nouvelles plantes. Ils savent aussi assurer la traçabilité de leurs ressources, développent des conditions de développement durable ou de commerce équitable, pour proposer des actifs à la fois bios, efficaces et éthiques.

C’est sans grande surprise que nous vous annonçons que, dans les années à venir, vous trouverez encore des lignes entières de produits ou des marques construites sur des promesses de naturalité. La nouveauté se portera sur l’évolution des galéniques, et un raffinement des textures pour de nouvelles expériences sensorielles.

Les deux tendances s’inscrivent dans une démarche de développement durable.

D’un point de vue technologique, nous sommes à l’orée du XXIIe siècle de la Beauté : nouveaux systèmes de diagnostique des besoins de la peau, complexes de « vectorisation » des molécules, encapsulation double ou triple des actifs, puissance préservée, cellules souches végétales obtenues par bio-culture… . Découvrez une nouvelle génération d’ingrédients qui promettent une efficacité comparable à la médecine esthétique.

Les soins de demain auront besoin de moins d’actifs mais cibleront mieux les besoins de la peau, à l’instar de l’industrie automobile. Incontestablement, ces actifs de pointe à l’efficacité décuplée valent leur pesant d’or et apparaitront d’abord dans les soins les plus premiums.

En conclusion, les tendances antagonistes que sont le naturel ou la haute-technologie s’inscrivent toutes les deux dans une démarche de développement durable. En effet, dans les deux cas, l’industrie est concernée par les respect des ressources et l’optimisation des actifs pour une moindre déperdition d’efficacité.

Nos prédictions sur les futurs discours des marques

La sénescence, découverte primée par un prix Nobel en 2012, a été identifiée comme l’origine même du vieillissement au niveau cellulaire. Incontestablement un territoire d’avenir, qui va revenir dans les lancements produits de ces prochaines années. Un premier pas vers la jeunesse éternelle?

Le phénomène du « skin burn-out », une nouvelle manifestation des signes de fatigue, qui englobe un grand nombre de facteurs de vieillissement cutané. Comme vous au bureau, votre peau peut ‘péter un câble’ quand elle est surchargée. Lors du prochain dîner en ville, dites que votre peau fait un burn-out, c’est tellement plus chic que de parler de marqués.

Vous retrouverez plus d’informations à propos du salon sur le site In Cosmetics : http://www.in-cosmetics.com