La Couleur de la Peau

par alexia-t

Lire

La couleur de la peau est déterminée par des facteurs génétiques, environnementaux et nutritionnels qui agissent sur la mélanogénèse, le mécanisme de de la peau. Afin que ce sujet n’ait plus aucun secret pour vous, voici une description détaillée de son fonctionnement.

Le mécanisme de la mélanogénèse

Malgré des différences visibles extérieurement, nous sommes pourtant tous muni du même processus de synthèse et de distribution des mélanines, les pigments responsables de la coloration de la peau : la mélanogenèse.

Avant de vous expliquer son fonctionnement, il est fondamental de comprendre ce que sont les mélanocytes et les mélanosomes. Les mélanocytes sont des cellules situées à la base de l’épiderme et qui produisent les mélanosomes. Véritable lieu de synthèse et de stockage des mélanines, les mélanosomes déterminent la couleur de la peau, par leur nombre, leur taille, leur concentration en mélanines et la nature de celles-ci (eumélanine ou phéomélanine).

À ces deux notions il est inévitable d’ajouter les kératinocytes qui sont des cellules constitutives dans le process de la mélanogenèse. Elles permettent à la mélanine de s’accumuler dans le noyau des mélanosomes.

Récapitulatif en détails :

  1. Les mélanocytes produisent les mélanosomes ;
  2. Les mélanosomes synthétisent des mélanines.
  3. Une fois chargés en mélanines, les mélanosomes migrent vers l’extrémité du mélanocyte. Ils sont ensuite transférés vers les kératinocytes où ils libèrent les mélanines.
  4. Les kératinocytes remontent alors à la surface de la peau qui se pigmente.

C’est donc le type de mélanine synthétisé et le niveau d’activité des mélanocytes qui déterminent la couleur de la peau.

Les 2 types de mélanines : l’eumélanine et la phéomélanine

L’eumélanine est le type le plus répandu de mélanines. Elle est de couleur brune à noire. Sa présence en quantité importante entraine un pouvoir de protection contre les rayonnements UV supérieur à celui de la phéomélanine.

La phéomélanine, est de couleur claire (jaune à rouge) et est présente en faible quantité dans tous les types de peaux (excepté pour les phénotypes roux). Son pouvoir d’absorption des UV est faible, de ce fait elle protège moins des dégâts du soleil. Elle se dégrade en composés cancérogènes sous l’action des UVA.

Plus concrètement :

  • Dans les peaux caucasiennes, les mélanocytes contiennent uniquement ou principalement des mélanosomes à phéomélanine. Le transfert des mélanosomes se fait par paquets. Ceux-ci sont dirigés dans les couches supérieures de l’épiderme. Les mélanosomes sont donc absent des couches superficielles.
La mélanine diminue avec l’âge et l’exposition au soleil.
  • Dans les peaux intermédiaires, les mélanocytes contiennent des petits mélanosomes à eumélanine en faible nombre. Ceux-ci sont regroupés en gros paquets par les kéranocytes avoisinants et se maintiennent jusque dans la couche granuleuse.
  • Dans les peaux foncée, les mélanosomes à eumélanines, assez gros, sont transférés par petits paquets dans les kératinocytes. Ils sont encore intacts lorsqu’ils parviennent dans la couche cornée. Les peaux foncées vieillissent plus tard car elles ne cessent de fabriquer de la mélanine.

Les 4 facteurs qui influencent la couleur de la peau

1. Le facteur génétique

  • Certains gènes agissent sur le métabolisme des mélanocytes de la peau et modifient le taux de production de mélanine. Si les mélanocytes produisent plus de mélanine, la peau sera plus foncée.
  • D’autres gènes déterminent la distribution de la mélanine dans l’épaisseur de la peau (chez les peaux noires, la mélanine est dispersée dans toute l’épaisseur de l’épiderme, ce qui n’est pas le cas chez les peaux caucasiennes).
  • Certains gènes déterminent les quantités relatives de chacun des deux types possibles de mélanine.
  • D’autres affectent la production de certaines hormones intervenant dans l’activité des mélanocytes.

Ce mécanisme s’effectue naturellement, dès la naissance, mais évolue et s’adapte à certains stimuli extérieurs.

2. Le vieillissement

À la naissance, la synthèse de pigments est faible (les nouveau-nés de peau noire sont peu pigmentés), la plupart des mélanocytes de l’épiderme étant au repos. Le contact avec la lumière déclenche la synthèse de pigments.

À l’âge adulte, le nombre de mélanocytes actifs diminue de 10% tous les dix ans. Ils sont aussi moins actifs mais sont cependant réactivés par l’exposition aux UV. Cette diminution d’activité des mélanocytes se manifeste également au niveau des follicules pileux, ce qui explique le blanchiment des cheveux et des poils.

3. Le soleil

Présents toute l’année et même par temps nuageux, les UVA représentent 95 % des UV qui touchent la surface de la terre. Ils traversent les nuages, le verre et l’épiderme et contrairement aux UVB, ils sont indolores et peuvent pénétrer la peau très profondément, jusqu’aux cellules du derme. Principaux producteurs de radicaux libres, ils peuvent altérer les cellules à long terme et entraîner :

  • Le photo-vieillissement : modification de l’orientation des fibres d’élastine et de collagène, entraînant un relâchement et une perte de fermeté de la peau et l’apparition de rides ;
  • Des intolérances solaires, communément appelées allergies solaires (rougeurs, , lucites estivales) ;
  • Des désordres pigmentaires (masque de grossesse, taches) ;
  • Le développement de cancers cutanés

Les UVB représentent 5% des UV reçus sur la terre. Ils sont très énergétiques et sont arrêtés par les nuages, le verre et peuvent pénétrer dans l’épiderme. Ils sont responsables du mais aussi des brûlures (coup de soleil) ainsi que des réactions allergiques et des cancers cutanés. Il est donc important de protéger sa peau à la fois des UVA et des UVB.

Les mélanines répondent aux UV

La pigmentation de la peau sous l’effet UV apparaît 48 à 72 heures après l’exposition. Les mélanines ont un rôle photo-protecteur. Véritables boucliers de nos cellules, ils permettent d’absorber les rayonnements UV et de protéger ainsi le noyau de nos cellules. Elles neutralisent également les radicaux libres produits sous l’influence des UV.
Quel que soit son , toute personne qui va s’exposer doit se protéger pour éviter les effets nocifs du soleil.

4. La nutrition

Le bêta-carotène et la vitamine A jouent un rôle important dans la coloration de la peau. Leur présence dans les cellules permet l’augmentation de la synthèse de la mélanine et contribue ainsi à l’accélération du bronzage et à une pigmentation harmonieuse de la peau. Au delà de ses vertus « colorisantes », le bêta-carotène est également reconnu pour ses propriétés anti-âge et son action antioxydante.

Où les trouve-t-on dans l’alimentation ?

La vitamine A, directement assimilable par l’organisme est uniquement présente dans les aliments d’origine animale : beurre, lait entier, jaune d’œuf, foie.
Le bêta-carotène : on le trouve essentiellement dans les fruits et légumes, tels que la carotte, le poivron, la tomate, l’abricot, la mangue, la patate douce, le persil, l’épinard, le chou…


Les anomalies de la coloration cutanée

1. L’hyperpigmentation

Il s’agit de l’apparition de plus ou moins grandes qui se forment et qui contrastent avec la peau environnante, plus claire. Dû à un excès de mélanine dans certaines zones, ces taches sont bénignes et indolores, mais souvent considérées comme inesthétiques.

De multiples causes peuvent être à l’origine de l’apparition de ces taches brunes comme :

  • Une exposition excessive au soleil
  • L’âge
  • Des modifications hormonales
  • Des prédispositions génétiques
  • Des traumatismes cutanés
  • L’utilisation de divers produits cosmétiques agressifs
  • L’acné
  • Certains oligo-éléments.

Selon le facteur déclenchant, l’hyperpigmentation peut s’exprimer sous différentes formes : taches de rousseurs, mélasma, lentigos, hyper-pigmentations post-inflammatoires…

2. Le Vitiligo (dépigmentation cutanée)

Le vitiligo consiste en une perte de pigmentation (dépigmentation), ce qui donne une couleur blanche à la peau.
Il touche entre 1 % et 2 % de la population. Des plaques blanches de formes irrégulières peuvent apparaître sur le corps.
Cette affection touche tous les types de peaux. En revanche, ses effets sont plus visibles chez les personnes ayant une peau foncée.