La tanorexie : quand le bronzage tourne à l’obsession !

par manonsafavi

Lire

Ca y est, la rentrée est là et le travail reprend. Notre beau de cet été s’est fait la malle? Désespérément, on s’échange des astuces pour garder une bonne mine malgré la grisaille. Mais chez certaines, cette volonté de conserver un hâlé tourne à la véritable obsession. Au début des années 2000, des chercheurs ont mis à jour un nouveau type d’addiction : le bronzage. Non, vous ne rêvez pas. Se dorer la pilule est aussi addictif que de manger du chocolat ou de prendre une dose de cocaïne. Le parallèle est dérangeant mais la réalité est là. Elle a même plusieurs noms : tanorexie, tanoholisme ou encore bronzomanie. Tout autant de vocables mis au point par des scientifiques qui ont observé ce phénonème inquiétant.

Le cerveau responsable

Déjà impliqué dans l’explication de nos craquages alimentaires, le cerveau figure une fois de plus au banc des accusés. Quels faits lui sont reprochés ? Il associe tout simplement bronzage et . Cela peut se comprendre. Nous avons tendance à trouver resplendissante toute personne étant bronzée. Et puis qui dit bronzage, dit soleil, dit vacances, dit repos. Donc une personne bronzée a bonne mine et a l’air en pleine forme !

Ce qui vous amène à penser que vous êtes déprimés lorsque vous n’êtes pas en train de . En pratique, exposée au soleil notre peau produit de la mélanine, un processus qui libère des endorphines; les fameuses hormones du bonheur. Pourtant, le cerveau ne fait pas tout, avec de la volonté il est possible de résister à l’appel du bain de soleil. Comme savoir que c’est extrêmement dangereux pour la santée lorsqu’on en abuse par exemple.

Une dysmorphie prouvée

Similaire à l’anorexie, la tanorexie pousse les personnes qui en souffrent à se trouver toujours trop pâles. Voire à ne pas réaliser qu’elles sont déjà extrêmement bronzées. Cela explique notamment que les femmes entre 15 et 35 ans soient les plus largement touchées, car elles sont généralement plus sensibles à leurs apparences et peinent à accepter leurs pour certaines. Merci Instagram et les réseaux sociaux. 

iStock

Une réelle addiction

Les scientifiques sont formels. Certaines personnes sont addictes au point de voler leurs proches pour faire des UV voire d’acheter une cabine de bronzage à domicile. Eh oui. Une psychose qui va jusqu’à s’exposer au soleil alors que l’on a un cancer. Rien que ça.

Le phénomène est inquiétant, c’est pour cette raison que les scientifiques surveillent avec attention cette addiction. Même si pour l’instant aucune mesure concrète n’a été prise, notamment à l’encontre des cabines de bronzage. Leurs dangers sont pourtant connus de tous et les autorités sanitaires ne cessent d’alerter sur le risque accru de développer un cancer de la peau lorsque l’on fréquente ces instituts de soleil. Mais que voulez-vous ? La « beauté » esthétique prend souvent le pas sur la santé.

Êtes-vous tanorexique ? Quelles solutions ?

Comment reconnaître que l’on est tanorexique ? iStockQuelques indices simples peuvent vous mettre sur la piste : une envie de bronzer au saut du lit, irritabilité lorsque des proches abordent le sujet, peau jamais assez hâlée à votre goût, etc. Si vous vous reconnaissez, il est possible que vous souffriez de tanorexie. L’important étant de ne pas dramatiser, d’être conscient des risques que l’on encourt à s’exposer aussi souvent aux rayons UV, artificiels, ou non. Dans les cas où l’addiction est forte, certains chercheurs recommandent la formation de groupes de soutien, sur le modèle des célèbres Alcooliques Anonymes. Un véritable système d’entraide qui aide beaucoup moralement. Afin de lutter sur l’effet de manque, il est également nécessaire de trouver des moyens de substitution, non dangereux. En d’autres termes, chercher une autre façon de libérer des endorphines. Du sport ou encore du yoga par exemple. Ecouter de la musique figurerait aussi sur la liste des activités libératrices d’endorphnes. Alors à vos platines !

Enfin, si c’est la couleur du bronzage qui vous attire autant, préférez les crème auto-bronzantes plutôt que les cabines à UVA. Bien appliqué, ce genre de produits peut avoir un effet vraiment naturel et expose votre corps à beaucoup moins de dangers que ceux des cabines.