Plongez dans les secrets et origines des eaux parfumées

par magali

Lire

Au jeu des 7 familles olfactives, les eaux, qu’elles soient fraîches, froides, florales, aquatiques ou tropicales, font habituellement partie de la famille des Hespéridés. Quelle que soit sa forme, l’eau n’a jamais autant inspiré les parfumeurs et semble encore avoir de beaux jours devant elle. Synonyme de légèreté, de transparence, de purification, de gaieté, les eaux font du bien au et à l’esprit. Elles sont intemporelles et se portent toute l’année, même si l’été est leur saison de prédilection. On les choisit selon l’humeur du moment. Donc jetons-nous tous à l’eau pour découvrir la fantastique aventure des eaux et leurs dernières actualités.

 A l’origine des eaux

On peut dire que la parfumerie a démarré avec les eaux et les colognes. Plus exactement, c’est la découverte de la distillation à la vapeur d’eau par le médecin Avicenne qui va ouvrir la voie aux parfums modernes. Ce sont des eaux de senteurs, comme l’Eau de la Reine de Hongrie, l’Eau de Mélisse des Carmes ou encore le Vinaigre des Quatre Voleurs qui voient ainsi le jour. A cette époque, le pharmacien est aussi parfumeur. L’Eau de la Reine de Hongrie se boit, tout comme elle s’utilise comme parfum pour le corps. Il s’agit d’un distillat de romarin, sauge, marjolaine associé à de la mélisse et du cèdre

L’eau de Cologne se situe sans nul doute, au carrefour de l’hygiène, de la médecine et du produit de beauté. La plus célèbre est celle de Jean-Marie Farina, la favorite de Napoléon Bonaparte, encore en vente de nos jours par Roger & Gallet, ainsi que l’Originale 4711 de Mülhens (originaire de Köln en Allemagne = Cologne, d’où le nom). Il s’agit d’une envolée de citron, bergamote avec un cœur néroli, romarin, petit grain et une empreinte myrte, bois de cèdre et santal. Cette dernière, ainsi que toutes celles qui ont suivi, doivent leur légèreté et leur fraîcheur à la présence d’agrumes. Leur gestuelle d’application est le splash généreux, réitéré à plusieurs reprises car elles ne sont pas faites pour tenir, de part leurs notes qui s’évaporent rapidement.

La parfumerie fit alors son vrai départ… Chez Guerlain se sont succédées l’Eau de Cologne Impériale, l’Eau Du Coq et l’Eau de Cédrat. Puis, au début du siècle, les marques lançent toutes leur parfum, l’eau de toilette et les dérivées du parfum, laissant peu de place aux eaux de Cologne.

Les évolutions olfactives des eaux

De ces origines vont naître les Eaux Fraîches, une catégorie hybride entre eau de Cologne et eau florale. Elles sont composées à 50/50 des ingrédients de l’une et de l’autre. L’Eau de Rochas, conçue par Nicolas Mamounas, en est le meilleur exemple.

La structure des eaux fraîches est légère avec des notes pétillantes et gaies, données par la présence d’aldéhydes en trace. Des aldéhydes sont présentes naturellement dans ces fruits : le citron a de la C10, l’orange de la C8. Quoi qu’il arrive, les agrumes donnent le meilleur d’eux mêmes immédiatement. C’est la raison pour laquelle ces notes ne sont pas faites pour avoir un sillage, ni une tenue dans le temps. Elles fusent immédiatement puis s’évaporent rapidement.

Les eaux se font florales, boisées…

Ces eaux vont progressivement s’enrichir de fleurs (narcisse, jasmin, chèvrefeuille) sur un fond boisé ou chypré. C’est le cas de l’Eau Sauvage de Christian Dior avec la lavande, le jasmin et l’hédione parsemés d’agrumes, de thym et de romarin sur un fond de mousse de chêne, de musc et de vétiver et d’Ô de Lancôme, au départ mandarine/citron suivi d’un cœur hédione/chèvrefeuille sur un fond santal, vétiver et mousse de chêne.

L’Eau Sauvage, créée en 1960, par Edmond Roudnitska, innove par une nouvelle fraîcheur, plus tenace par son accord hédione, hélional et citral. Désormais, chaque marque de parfum aura son Eau. On peut citer Eau Neuve de Lubin, Eau de Guerlain, Eau de Caron, Eau de Givenchy, Eau de Cologne d’Hermès… Après 1966, les marques vont jouer avec les mots. Cela donnera Eau Folle, Eau Dynamisante, Eau de Campagne, Eau du Ciel, Eau Vitaminée

L’eau, c’est frais, pur, naturel

L’eau, en anglais water, dispose également de ses déclinaisons outre-manche voire outre-atlantique. Jacques Fath lancera Greenwater en 1947 qu’il relancera en 1993. Un parfum qui évoque la nature, avec ses notes de menthe et d’agrumes, sur un fond légèrement musqué. De son côté, Coolwater de Davidoff, conçu par Pierre Bourdon, un parfum frais au départ presque violent sur un fond ambré, qui cogne, mais lui donne du sillage. L’eau, c’est aussi un parfum sportif, présenté dans des flacons givrés. Quoi de plus normal de prendre un peu d’eau après le sport, pour se désaltérer? Eau de Sport de Paco Rabanne et Polo Sport en sont de bons exemples.

Puis les eaux devinrent marines…

Cette vague des eaux marines a vu le jour avec la mise au point sur le marché de la calone, une molécule qui sent l’huître…Mais utilisé en trace, elle amène de la fraîcheur, de la pétillance se mariant aussi bien avec les notes orientales ambrées que des accords fleuris rose/muguet/jasmin. Le premier parfum aux Etats-Unis utilisant cette molécule fut Clairborne for Men et Parfum d’Elle de Montana en Europe. Plus tard, ce sera New West for Her, Escape de Calvin Klein, Kenzo pour Homme, Acqua di Gio de Giorgio Armani et en 1992 l’Eau d’Issey, un parfum crée par Jacques Cavalier. C’était le premier parfum que l’on appelait Eau. Ces dernières années, la molécule calone a été retravaillée par certains parfumeurs pour lui ôter le côté gras, l’odeur d’huître. Une nouvelle molécule plus aérienne et légère, la cascalone, est ainsi née, utilisée notamment dans Eau Océane de Biotherm, qui évoque une balade vivifiante au bord de la mer.

2001, un premier tournant s’amorce

L’Eau d’Issey marque le début d’un changement imminent dans l’évolution des Eaux. Désormais, ces dernières peuvent avoir un sillage comme un parfum… C’est en tout cas le message de la maison Thierry Mugler avec sa Cologne unisexe, qui a vu le jour en 2001. La pyramide inversée de cette cologne, avec une overdose de muscs blancs, permet aux notes zestées de se stabiliser, tout en lui révélant des facettes sensuelles. Ce parfum marque ainsi un tournant dans l’histoire des eaux. L’apport de la molécule S par le parfumeur Alberto Morillas de chez Firmenich apporte à la création persistance et sensation de netteté. Dès lors, la cologne contient toujours des agrumes, mais elle a  enfin du sillage!

L’arrivée d’Atelier Cologne : une Cologne, ça tient!

La venue de la marque Atelier Cologne va clairement changer la donne. Christophe Cervasel et Sylvie Ganter, les fondateurs, tous deux amoureux de la Cologne, apportent une autre vision de cette fragrance classique. Comme ils l’expliquent « superposer deux structures olfactives, celle d’une eau de Cologne traditionnelle qui met l’accent sur les notes de tête et la structure d’une eau de parfum, voire d’un extrait, qui sublime l’accord de fond, apporte une nouvelle vision ». Un travail également initié par Hedi Slimane, pour Bois D’Argent, Cologne Blanche et Cologne Noire de Dior et Chanel avec sa Cologne dans la collection des Exclusifs.

Les appellations eaux

Devant tant de succès avec les eaux, les marques de parfums renouent avec cette forme olfactive. Désormais, une déclinaison ou une nouvelle interprétation plus fraîche d’une fragrance existante fera l’objet d’un nouveau produit. Kenzo sera un des précurseurs suivi par Dior Homme Cologne ou encore Allure Sport Cologne. La déferlante ne cesse de continuer. En 2014, l’eau est extraordinaire pour Alien, chez Thierry Mugler, aux notes plus aériennes et lumineuses que l’original. Chez Eau My Gold!, déclinaison de Lady Million chez Paco Rabanne,  la fleur d’oranger est construite comme un filtre d’amour ou encore chez Dior Addict, c’est l’insolence de la mandarine et la sophistication du jasmin qui dominent, sans oublier la rondeur de l’accord santal/vanille.

Les eaux se purifient !

A l’heure de la prise de conscience écologique, l’eau est aussi là pour purifier. N’oublions pas que l’eau, c’est la vie. Après les eaux marines des années 90, l’eau se fait douce, enveloppante et réconfortante, comme un cocon. Elle est belle chez Azzaro, vive chez Carven ou encore parfumée au thé vert chez Bulgari. Les parfums d’eau seront marqués par un accord lilial-lyral-mélonal, un fil conducteur qui les réunit tous. Comme le souligne Elisabeth de Feydeau « Les eaux renouent avec les eaux de santé du 18ème siècle. Comme des eaux matricielles, ces eaux diffusent une pureté olfactive par l’overdose de muscs blancs, de bois de synthèse ultralégers, des notes ambrées proches de l’odeur de la peau ». L’eau se fait délicate chez Narciso Rodriguez, tendre chez Chance de Chanel ou encore froide chez Serge Lutens. De l’averse au déluge, l’eau tombée du ciel a le pouvoir de transformer le parfum des fleurs. C’est le cas d’Après l’Ondée chez Guerlain ou encore d’Angélique sous la pluie des Editions Frédérique Malle. On renoue avec l’Eau Dynamisante ou Ressourçante de Clarins dans l’espoir d’adoucir le quotidien. Sans oublier, le designer Philippe Di Méo et son « eau bénite », baptisée Sancti.

A quelle fontaine se désaltérer cet été ?

Pour finir cette déferlante d’eau, les dernières nées, sont Cédrat Enivrant chez Atelier Cologne avec son accord inhabituel de yuzu et pamplemousse, See by Chloé, un beau travail autour de la rose fraîche de jardin ou encore Eau de Magnolia réalisée par Carlos Benaïm pour Frédéric Malle. Il s’agit d’un travail autour de la transparence et la pureté du magnolia soutenue par la présence de vétiver, patchouli et mousse. Les Colognes continuent avoir leur succès… Bruno Truchon Bartès, fondateur de La Manufacture, ressuscite l’esprit artisanal du fait main avec une collection Les Colognes essentielles, inspirées de belles demeures. Enfin Christophe Le Grèvès, un français à New York, propose Thirdman 4 eaux contemporaines, à porter, glacées vendues chez Liquides, un bar à parfum dans le Marais.

 

Nos tendres Cologne, nos belles eaux, pures ou troubles, ne cessent de remporter les palmes de la parfumerie. Elles sont un vent de fraîcheur, de légèreté et gaieté, qui nous inondent de bonnes ondes. Vous n’avez plus que l’embarras du choix pour élire la vague qui va vous emporter…