Valentino FW2013 – La simplicité d’une peinture flamande

par magali

Lire

Pour l’hiver prochain, les créateurs Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli se sont largement inspirés de la peinture de Vermeer et de son célèbre tableau La Jeune Fille à la Perle. Il en ressort une alliance subtile entre austérité calviniste et simplicité, qui se reflète aussi bien dans les vêtements que dans les coiffures.

 

In this show, the face is very important, as it was for Vermeer

L’histoire ne nous dit pas si c’est le contexte social actuel qui a motivé le duo de designers de Valentino à opérer ce retour à la rigueur. En revanche, de même que pour la situation économique, il est clair que de même que la sobriété de cette collection permet de se recentrer pour la mise en beauté sur des valeurs refuges que sont la tresse et le bandeau noir. La véritable sophistication dans les détails nous apparaît alors sous une nouvelle lumière derrière la sévérité apparente des tenues.

Le hair designer Guido Palau, en charge du défilé Valentino, a respecté à la lettre le brief créatif : on aurait cru voir le modèle flamand de Vermeer arpenter les catwalks parisiens. Une simple tresse sur le côté gauche alliée à une raie centrée avait été complétée par un large ruban de cuir noir pour apporter à l’ensemble une ‘touche monastique’ selon les propres mots de l’artiste. Facilement déclinable, cette coiffure sera certainement la touche finale pour compléter le look de petite fille sage associé aux cols Claudine.

 

Comment le porter cet été ?

Là aussi, pourquoi se priver ? Pour adapter cette coiffure à la saison estivale, il vous suffira simplement de lui ôter de sa sévérité originelle en remplaçant le ruban de cuir noir par un ruban de satin pastel, voire par un bandeau brodé au décor folklorique. Quant à la tresse, on la laisse telle qu’elle est, sans peur de laisser s’échapper quelques mèches folles. On aurait presque envie d’y glisser des épis de blé, telle une belle des champs se roulant dans le foin !