L’histoire du rouge à lèvres

par liane

Lire

Le sourire, soit la bouche, fait partie des premières choses qu’un homme regarde chez une femme. Elle symbolise la sensualité, la séduction, ainsi que la provocation. Cet atout universel est mis en valeur depuis des années par du maquillage. Le permet aux femmes d’exprimer leur état d’esprit selon la teinte choisie. Il a pour but de donner aux une couleur attrayante et/ou de modifier sa forme ou son volume.

 

Selon certaines études archéologiques, le port sur les lèvres d’un produit coloré remonte à la civilisation Mésopotamienne, il y a environ 5000 ans. A cette époque, les femmes de cette région appliquaient déjà des mélanges à base de pierres semi-précieuses broyées sur le contour des lèvres et du regard. En Egypte Antique, les femmes se sublimaient également les lèvres dans un camaïeu de tons violacés, avec le but précis de séduire. Les teintes étaient alors concoctées à partir d’algues (fucus) et de miel. Le rouge à lèvres traversa ensuite les époques et civilisations, de la Rome et la Grèce antique (le rouge à lèvres était associé aux prostituées à cette époque) jusqu’à l’Égypte de Cléopâtre, qui se rehaussait régulièrement les lèvres d’une pointe de coléoptères de carmin écrasés.

Rien de révèle autant un homme que ses mains, et une femme que sa bouche. Paul Brulat

C’est au cours du 16ème siècle et de la Renaissance que le rouge à lèvres connu la consécration avec la reine anglaise Elizabeth I et les dames de sa cour. Les femmes commençaient alors à appliquer ces secrets de beauté redécouverts grâce aux pommades à lèvres fabriquées à partir de figues, de raisins ou de mûres écrasées.

Jusqu’au 19ème siècle, le fard à lèvres se présentait sous forme crémeuse ou liquide, distribué en fiole ou en pot et que l’on appliquait au doigt ou au pinceau. La première, première dame des États-Unis, Martha Washington adorait sublimer ses lèvres elle aussi. Ce cosmétique a donc conquit le coeur de nombreuses femmes très rapidement. Mais on doit le premier rouge à lèvres moderne à Guerlain qui en 1870, proposa « Ne m’oubliez pas ». Cela représentait une véritable révolution pour ce cosmétique. Il s’agissait d’un rouge à lèvres en bâton de cire présenté dans un étui rechargeable avec une « poussette ». Puis, l’inventeur américain Maurice Levy mit au point en 1915 le premier rouge à lèvres placé à l’intérieur d’un tube métallique contenant une petite couverture. En France, l’actrice Sarah Bernhardt joua un rôle majeur dans la généralisation du rouge à lèvres en osant porter du rouge en public, acte provoquant à l’époque. Quant aux États-Unis, l’image du rouge à lèvres fut renforcée par des chansons populaires telles que These Foolish Things Remind Me Of You (Ces choses insensées réveillent mon souvenir de toi) de Holt Marvell en 1935. La première phrase de la chanson étant « A cigarette that bears a lipstick’s traces » (une cigarette qui porte des traces de rouge à lèvres). Ainsi que la chanson « on you collar » (Du rouge à lèvres sur ton col) en 1959 écrite par Edna Lewis et George Goering.

L’histoire du rouge à lèvres moderne se poursuivit ensuite avec l’élaboration en 1927 de ‘Rouge Baiser’, le premier rouge à lèvres longue tenue, par le chimiste Paul Baudecroux. Les innovations continuèrent durant les années 30 avec la création du brillant à lèvres par l’expert beauté Max Factor. Son but était de sublimer les actrices sous les feux des projecteurs. C’est Elizabeth Arden qui fut la première à proposer des rouges de différentes couleurs. Puis en 1936, Guerlain fit sensation avec le lancement de ‘Rouge Automatique’, une réelle innovation fonctionnelle que les femmes pouvaient ouvrir d’une seule main. Quelques années plus tard, en 1943, la célèbre marque Shiseido procura un kit de beauté à toutes les travailleuses volontaires dans les usines de munition. Le packaging prenait la forme d’un petit bâton de rouge dans un conditionnement en bois. Même si l’apparence ou les couleurs évoluaient, le défaut qui perdurait était la courte tenue du rouge à lèvres. C’est le chimiste américain Hazel Bishop qui trouva la solution en 1950 et développa le premier rouge à lèvres durable.

À partir de 1970 le rouge à lèvres connu de nombreuses et folles déclinaisons. La couleur classique rouge fut ainsi dépassée par le bleu, le vert ou encore l’argenté. Le noir connut également un franc succès (comme il y a plus de 4000 ans en Égypte déjà). Même les hommes furent séduits par ce petit tube coloré, Mick Jagger et Kurt Cobain y ont succombé. A partir de ce moment là, ce cosmétique n’a fait qu’évoluer. En 2012, la marque Yves Saint Laurent lança son , une combinaison entre le brillant à lèvres et le mat marquant le début du rouge à lèvres hybride.

Les premiers se cassaient trop facilement et devenaient rances. Ils laissaient des traces indélébiles sur les tasses, les joues… et les cols! Porter du rouge à lèvres était un symbole de la haute société. Aujourd’hui, le rouge à lèvres est devenu un accessoire de mode incontournable et accessible à tous. Il existe désormais plusieurs types de rouges à lèvres : les gras, semis-gras, brillants à lèvres et les mats. L’avenir de ce cosmétique s’oriente vers le bio, avec comme avantage considérable la composition : sans conservateurs, sans parfum ni colorants, sans parabens, sans produits d’origine animale et sans ingrédients chimiques. Entre 800 et 900 millions de rouges à lèvres se vendent chaque année dans le monde, soit près de 27 tubes chaque seconde. On peut donc estimer que nous ne sommes pas au bout de nos surprises concernant ce classique de la cosmétique.