L’histoire du mascara

par liane

Lire

L’étymologie du mot provient de l’espagnol « mascara » signifiant « masque ». Selon la littérature, les premières traces de l’utilisation du mascara firent leur apparition en Egypte, vers 3000 ans avant JC. A cette époque, le mascara était composé de poudre d’antimoine, une roche noire aux reflets bleutés que l’on concassait et que l’on broyait afin d’en extraire le ‘khol’. Persuadés que les yeux constituaient le miroir de l’âme, les égyptiens les dissimulaient pour repousser les mauvais esprits.

Grâce à l’influence égyptienne, l’usage du kohl persista au travers des époques et des empires Grecs et Romains. Alors qu’il n’était utilisé en Europe que pour ses vertus cosmétiques, les pays du Moyen Orient lui attribuèrent une signification religieuse. Pour la Rome Antique, de longs étaient associés à la chasteté. Les femmes s’appliquaient donc une pâte à base de pétales de roses brûlées, de noyaux de dates et de suie afin d’intensifier leur regard.

C’est seulement au 19ème siècle que les français découvrirent la poudre d’antimoine grâce à des tribus nomades lors de la conquête d’Algérie. Elle était utilisée en tant que produit de beauté mais également pour soigner les maladies des yeux.

Le mascara que nous connaissons aujourd’hui ne fut inventé qu’en 1880 par un chimiste nommé Eugène Rimmel, à partir d’une gelée de pétrole, la vaseline. Le phénomène fut tel que le mot Rimmel devint synonyme de la substance même et se traduit encore aujourd’hui par le mot « mascara » dans de nombreuses langues.

En 1913, le chimiste T.L. Williams s’intéressa à son tour au mascara composé de vaseline puisque sa soeur, Maybel avait l’habitude de se maquiller les cils à partir de ce mélange. La marque Maybelline, combinaison de Maybel et de vaseline vit le jour rapidement après. Ils lancèrent alors le premier mascara moderne, toujours à base de vaseline mais à laquelle était ajoutée de la poussière de charbon. L’application fastidieuse de ce mascara se faisait à l’aide d’une humide, préalablement frottée sur un pain et déposée ensuite sur les cils.

We Love Beauty

1- Papillon, L’Oréal Paris 2- Hypnôse Star Edition Etincelle, Lancôme 3- Cils d’Enfer, Guerlain 4- Diorshow Iconic Overcurl, Dior 5- Surrealist Everfresh, Helena Rubinstein 6- Noir Couture Waterproof, Givenchy 7- Baby Doll Effet Faux Cils, Yves Saint Laurent

La demande de ce cosmétique explose durant les années 20 ans. Grâce au cinéma et à ses icônes symbolisant un idéal esthétique, les femmes envièrent leurs cils noirs et infinis. C’est une chanteuse autrichienne, Helene Winterstein-Kambersky qui souleva le problème de l’absence de résistance à l’eau du mascara. Lors de ses prestations sur scène, à cause de la chaleur des projecteurs, son mascara coulait. La quête d’une formule permettant la résistance à l’eau fut alors lancée. C’est Helena Rubinstein, pionnière de la beauté qui inventa en 1939 le premier mascara waterproof. Mais ce dernier fut la cause d’allergies chez de nombreuses personnes. Par la suite, elle révolutionna à nouveau l’industrie en 1958 avec la création du premier mascara rechargeable en tube, muni d’un applicateur.

Alors que ces ‘automatiques’ se généralisèrent durant les années 60-70, les formules à base de résine étaient encore trop collantes. En 1988, Max Factor lance le tout premier mascara transparent. Nommé No Color, il convenait parfaitement aux femmes désirant obtenir un style plus naturel. Une nouvelle grande innovation vint alors en 1986, avec la première brosse ‘intelligente’, créée par Jean-Louis Guéret (L’Oréal).

« Ce sont les progrès réalisés sur la forme, l’orientation et la longueur des poils du goupillon qui ont donné la liberté aux chimistes d’aller plus loin dans les formules. » Jean-Louis Guéret.

En 1987, Lancôme introduisit une formule à base de kératine, un polymère favorisant un dépôt beaucoup plus régulier de la formule. Durant années 2000, les mascaras permettant d’augmenter le volume des cils se répandent à grande vitesse. Et en 2001, Bourjois lança le mascara à ‘double embout’ : une couche de blanc pour allonger et une couche de noir pour gainer et colorer. Ainsi se succèdent rapidement différentes inventions comme le mascara Pulse Perfection de Gemey Maybelline ayant une brosse vibrante. Plus qu’un gadget, ce nouveau produit est une véritable avancée technologique.

Alors que l’on distinguait auparavant quatre grandes catégories : allongeant, épaississant, recourbant et waterproof, il existe aujourd’hui des mascaras avec une multitude de types de brosses, de matières (nylon, élastomère, etc.), de couleurs et de fonctionnalités, adaptés à chaque style de maquillage. La marque Sephora lança en 2013 un mascara « Upside Down » soit une double brosse pour une application sans faille. Dans l’idée du maquillage permanent, Lancôme lança sur le marché en 2014, son mascara « Cils Tint » ayant une tenue de 72h. Le mascara est aujourd’hui l’accessoire de maquillage le plus utilisé dans le monde, la course à l’innovation n’est donc pas prête de s’arrêter.