Comment connaître son type de peau ?

Comment connaître son type de peau ?

beautistas-type-de-peau

Lorsque l’on doit choisir ses produits de soin visage, il y a un critère principal qui rentre en jeu : votre type de peau. Peau sèche, peau grasse, peau sensible, il existe de nombreuses préoccupations beauté liées à notre peau, ce qui implique des besoins différents.Pour bien choisir ses produits, il faut donc bien connaître sa peau ! Mais comment savoir si l’on a a peau sèche ou déshydratée ? Réactive ou sensible ? Grasse ou acnéique ? Notre guide vous aide à connaître précisément votre type de peau pour choisir les produits adaptés.

Observer et ressentir sa peau

Comment connaître son type de peau ? La réponse se trouve dans la peau elle-même, et vous la connaissez mieux que quiconque ! Il vous suffit juste de l’observer de près et de faire attention à certains détails…
Vous devez regarder ses caractéristiques visuelles : pores dilatés ou resserrés, brillance, petites peaux mortes, imperfections, rougeurs, etc. La palpation vous aidera à repérer certains détails : les stries de déshydratation sont souvent plus visibles lorsque vous pincez ou étirez un peu votre peau.
Soyez également à l’écoute des sensations : tiraillements et picotements sont des signes d’alerte qui vous aideront à comprendre votre peau.

Enfin, demandez vous si ces signes sont présents sur le long terme (depuis plusieurs années) ou si ce sont des caractéristiques momentanées.

Vous avez relevé toutes ces données ? On fait le point sur les types de peau !

Peau grasse et peau acnéique

beautistas-comment-traiter-peau-acneique-760x612

Peau grasse et peau acnéique sont liées à un déréglementent majeur : une hyperproduction de sébum.
Le sébum, à la base, a pour fonction de limiter le dessèchement de la peau pour la protéger des agressions et la maintenir souple et confortable. Dans le cas d’une peau grasse, les glandes sébacées, situées dans la peau, produisent trop de sébum : c’est ce qu’on appelle une hyperséborrhée, souvent liée à un trouble hormonal (durant l’adolescence, par exemple). Il y a alors deux cas de figure :

– Si la peau brille et que les comédons restent assez rares, la peau est grasse à séborrhée fluente : les pores sont dilatés (ouverts) et laissent s’écouler l’excès de sébum, d’où la peau luisante.
– Si la peau présente de nombreuses imperfections, on parle d’acné, qui est en fait une maladie du follicule pilo-sébacé. En plus de l’excès de sébum, la production du poil ne se fait pas normalement : par conséquent, le canal par lequel le sébum doit s’écouler se bouche, et les comédons se forment.
Lorsqu’il n’y a que des comédons (points noirs, points blancs), on parle d’acné rétentionnelle. Les imperfections peuvent se compliquer lorsqu’une bactérie naturellement présente dans la peau, le Propionibacterium acnes, commence à proliférer et créer des substances inflammatoires. Les comédons deviennent alors rouges et douloureux sous la peau : l’acné est dite inflammatoire.
Souvent, ces 2 formes d’acné coexistent : il s’agit de l’acné mixte. Les imperfections se retrouvent principalement sur le visage, en particulier sur la zone T où sont concentrées les glandes sébacées.

La peau grasse comme la peau acnéique impliquent donc une production de sébum importante, mais dans le cas d’une peau grasse, il s’écoule sur la peau sans forcément créer de comédons (ou rarement). La peau souffre alors principalement d’un excès de brillance, et ce n’est que lorsque des points noirs ou points blancs apparaissent que l’on parle d’acné.

Peau sèche, peau atopique et peau déshydratée

beautistas-peau-seche

Là encore, ces deux types de peau sont souvent confondus… à tort !
Dans le cas d’une peau sèche, les glandes sébacées sont naturellement moins productives : c’est un type de peau chronique, qui peut être inné ou s’affirmer avec le temps. Le film hydrolipidique a alors du mal à remplir ses fonctions, et la peau devient davantage sujette aux agressions environnementales : moins protégée, elle se déshydrate plus vite puisque l’eau s’évapore sans être retenue.
Sans lipides pour maintenir la cohésion des cellules et laisser la peau confortable, l’épiderme a tendance à desquamer (faire des petites peaux mortes), voire à craqueler en surface. Elle tiraille et manque de souplesse au quotidien.

La peau déshydratée, quant à elle, est un état ponctuel résultat de facteurs environnementaux (le vent, le froid, des soins agressifs, un traitement médicamenteux, etc.), qui altèrent le film cutané. Conséquence : l’eau contenue dans les couches cutanées s’évapore plus facilement et la peau se déshydrate et se fragilise. On ne parle pas de peau sèche puisque les glandes sébacées produisent naturellement du sébum, et la peau ne manque pas de gras. En revanche, elle manque d’eau !
Des stries de déshydratation sont visibles, surtout lorsque l’on étire la peau. Elle tiraille après le démaquillage ou après un moment au froid par exemple.

Une peau sèche est souvent déshydratée, mais une peau déshydratée n’est pas forcément grasse… Au contraire, apporter un soin trop riche à une peau déshydratée pourra entraîner la formation de comédons, dus à un excès de gras !

Lorsque la peau est très sèche, on parle de peau atopique : il n’y a quasiment pas de sébum protecteur, ce qui fait que la peau s’abîme rapidement et on peut constater des plaques rouges et des fortes démangeaisons.

Peau sensible et peau réactive

beautistas-peau-sensible

Une peau sensible ressent de façon particulièrement prononcée les stimuli de l’environnement : dès qu’il y a une agression ou une inflammation, la peau réagit et envoie directement un message de douleur au cerveau.
Souvent fines, claires et sèches, les peaux sensibles sont irritées très facilement : les cosmétiques, le vent, le froid, le calcaire de l’eau du robinet engendre des rougeurs, des picotements et des tiraillements.

Une fois n’est pas coutume, il ne faut pas confondre peau sensible, peau réactive et peau allergique ! Avoir la peau sensible implique des facteurs chroniques, qu’ils soient génétiques, pathologiques, liés à l’âge ou à un stress intense.

Une peau est dite sensible si elle souffre de sensibilité sur le long terme, tandis qu’une peau réactive peut l’être sur une courte période : la réactivité peut être causée par des soins inadaptés, un changement de saison ou un agent allergène dans le cas d’une peau allergique. Une fois le facteur éliminé, elles redeviennent tolérantes, à l’inverse d’une peau sensible qui reste toujours sensible !

Peau mixte

La peau mixte combine plusieurs types de peau : en général, elle est grasse sur la zone T et peut être sèche, déshydratée et/ou sensible sur le reste du visage.
Il faut savoir repérer les différents besoins au niveau des différentes zones pour pouvoir adapter ses soins !

Peau mature

Le type de peau le plus facile à repérer est celui lié à l’âge… Avec le vieillissement cutané, de nombreuses caractéristiques apparaissent : rides, ridules, perte de fermeté, perte d’éclat, il est facile de diagnostiquer une peau mature !
Toutefois, il faut savoir qu’une peau mature a également un type inné : on peut avoir une peau grasse et mature, sèche et mature… D’ailleurs, elles ne vieillissent pas de la même façon, ce qui peut vous aider à les différencier ! Une peau grasse aura tendance à laisser apparaître moins de rides, mais celles-ci seront plus profondes, comme au niveau du sillon naso-génien par exemple. A l’inverse, une peau sèche marquera plus de rides et de ridules, qui seront plus fines.

Maintenant que vous savez reconnaître votre type de peau, vous pouvez retrouver les guides correspondant à chacun et filer sur notre Top Soin Visage pour trouver les soins adaptés !

Le Lexique

– Peau acnéique: peau souffrant d’acné, présentant de nombreuses imperfections (comédons, microkystes) et, dans certains cas, un excès de brillance. Cet état, lié à une surproduction de sébum et à la fermeture des pores, est souvent dû à des facteurs hormonaux.
Peau grasse: état d’une peau présentant un excès de brillance, des pores dilatés, dû à un excès de sébum.
Peau sèche: état d’une peau dont le film lipidique (gras) protecteur de l’épiderme est quasi inexistant, impliquant une sécheresse et une déshydratation cutanée chroniques, caractérisées par des tiraillements, démangeaisons, fissures et squames.
Peau déshydratée: tendance de la peau à manquer d’eau, ce qui se traduit par des stries de déshydratation, des tiraillements et une sensation d’inconfort.
Peau mixte: état d’une peau combinant plusieurs types de peau sur différentes zones du visage.
Peau mature: état de la peau ayant les marques du vieillissement cutané: rides, relâchement, manque d’éclat. Inévitable avec le temps, le vieillissement est aggravé par le tabac, la pollution, le stress ou un défaut de soin.
Peau atopique : peau très sèche accompagnée de plaques rouges et de fortes démangeaisons.
– Film hydrolipidique : film protecteur naturel recouvrant toute la surface de l’épiderme. C’est une émulsion complexe, formée notamment des sécrétions comme le sébum et la sueur, qui permet de protéger la peau et d’empêcher sa déshydratation.