Comment choisir son shampoing ?

Comment choisir son shampoing ?

comment choisir son shampoing

Si les yeux sont le reflet de l’âme, les cheveux sont le reflet de notre santé… et de notre style ! Ils peuvent nous énerver ou coopérer, on peut les adorer, les détester, les couper, les colorer… Mais il faut avant tout en prendre soin ! Et tout commence par le lavage. Alors comment choisir son shampoing ? On vous explique.

De quoi sont faits les cheveux ?

La première règle évidente, c’est de bien connaître ses cheveux pour choisir son shampoing. Et pour ça, il est utile de savoir à quoi ressemble un cheveu !

Le cheveu est constitué principalement d’une protéine, la kératine (ça vous parle ?). Les brins de kératine s’entrelacent en hélices, qui elles-mêmes forment des brins de plus en plus gros, comme un cordage dense : c’est ce qui fait leur force et leur résistance ! Ils sont liés entre eux par un ciment naturel constitué de lipides (stérols, acides gras et céramides) et de protéines. On retrouve également des grains de mélanine, qui donnent la couleur aux cheveux, mais aussi de l’eau et des sels minéraux.
Ce cordage de kératine, appelé cortex, est recouvert de la cuticule : c’est une enveloppe protectrice formée de fines écailles imbriquées les unes dans les autres, formant une surface lisse et brillante.

Le cheveu est fabriqué au niveau du bulbe pilaire, à la racine. Il puise dans le cuir chevelu, richement vascularisé, tous les nutriments dont il a besoin. Le sébum du cuir chevelu l’enveloppe d’une couche de lipides qui le protège, et qui se répartit sur la longueur avec le brossage.

Cheveux lisses ou cheveux bouclés

Les brins de kératines sont liés entre eux par des liaisons moléculaires, des « ponts », qui donnent aux cheveux leur structure. Certaines liaisons sont faibles et se brisent dès qu’on mouille la chevelure : on peut donc en modifier la forme, avec un brushing par exemple ; d’autres sont plus ancrées et nécessitent des molécules chimiques pour les modifier, comme avec une permanente ou un défrisage.

Par nature, les cheveux sont différents d’une personne à l’autre : les cheveux bouclés ont des « ponts » resserrés dans le cortex qui maintiennent une structure bouclée. Selon la position et le nombre de ces liaisons, les cheveux peuvent être lisses (peu de ponts espacés) jusqu’à frisés (beaucoup de ponts resserrés).

Quel shampoing pour des cheveux lisses ?
Les shampoings lissants vont apporter de la matière qui va alourdir légèrement le cheveu pour le « tendre ». Si vous avez les cheveux épais, ils peuvent vous convenir, mais si vous avez les cheveux fins, ils risquent de plomber la chevelure.

Quel shampoing pour des cheveux bouclés ?
Les shampoings pour cheveux bouclés ont une formule spécifique équilibrée : ils doivent à la fois être légers pour ne pas alourdir le cheveu et favoriser l’effet « ressort », tout en étant nourrissant. En effet, les cheveux bouclés sont par nature plus secs, car leur structure entortillée empêche la bonne diffusion du sébum. Ils conviendront si vous avez déjà les cheveux bouclés et que vous voulez définir les boucles, ou s’ils sont simplement ondulés et que vous voulez accentuer l’ondulation.

Cheveux secs ou déshydratés

Les cheveux sont comme la peau : ils peuvent être secs par nature, lorsqu’ils manquent naturellement de lipides dans leur composition, ou ils peuvent manquer d’eau à cause des agressions extérieures qui les assèchent (lavages trop fréquents, pollution, brushings, etc.). Dans les deux cas, les cheveux deviennent ternes et manquent de brillance. Les écailles de la cuticule, qui manquent de lipides, sont moins lisses, les cheveux sont secs au toucher et ils souffrent souvent d’électricité statique.
Comment faire la différence ? En demandant à un coiffeur… En effet, difficile de distinguer sécheresse et déshydratation avec un œil non expert. Seul moyen de savoir : si cette altération du cheveu est innée (cheveux secs par nature) ou provisoire (cheveux déshydratés suite à des agressions).

Quel shampoing pour les cheveux déshydratés ?
Pour réhydrater vos cheveux, choisissez shampoing hydratant à base d’aloe vera, de panthénol, de protéines de soie ou de germes de blé pour retenir l’eau à l’intérieur du cheveu.

Quel shampoing pour les cheveux secs ?
Un shampoing nourrissant, vous l’aurez compris ! Ceux à base de karité, d’argan, de miel ou d’avocat par exemple, vont leur apporter les lipides dont ils manquent et reconstituer le film gras protecteur pour retrouver des cheveux doux et brillants.

Cheveux gras

Lorsque le cuir chevelu produit du sébum en trop grande quantité, les racines des cheveux deviennes grasses, ce qui donne un cheveu plat et à l’aspect sale. Cette hyperproduction de sébum peut être due à des troubles hormonaux ou des agressions du cuir chevelu (lavages trop fréquents, produits décapants, frottements, chaleur) qui excitent les glandes sébacées.

Quel shampoing pour les cheveux gras ?
Il vous faut un shampoing avec des actifs purifiants, régulateurs et des tensio-actifs doux. Ils vont permettre de nettoyer en douceur les racines, laisser une sensation de légèreté et aider à réguler la production de sébum. Les shampoings à base d’agrumes, d’ortie ou d’argile par exemple sont parfaits pour les cheveux gras.

Ne confondez pas excès de sébum et hyper-sudation: certaines personnes ont un cuir chevelu qui transpire beaucoup, ce qui donne l’impression de cheveux gras. Là encore, des shampoings spécifiques existent !

Pellicules

Il y a différents types de pellicules ! Sur un cuir chevelu non gras, les pellicules sont sèches, petites, fines blanches et se détachent facilement. Si le cuir chevelu produit plus de sébum, les pellicules deviennent plus larges et adhèrent à la base des cheveux. Dans les deux cas, les pellicules peuvent être embarrassantes, d’autant plus si elles s’accompagnent de démangeaisons…

Quel shampoing pour les cheveux à pellicules ?
Un shampoing anti-pelliculaire adapté au type de pellicules que vous présentez, c’est-à-dire à votre type de cheveux (gras ou secs). Il doit être doux pour ne pas exciter les glandes sébacées, contenir des agents kératolytiques pour éliminer les peaux mortes, des agents anti-fongiques pour neutraliser le champignon responsable de la formation des pellicules. Il doit se laisser poser au moins cinq minutes pour être pleinement efficace…

Cheveux abîmés et poreux 

Lorsque l’on abuse des colorations ou des appareils de styling, la fibre capillaire peut être endommagée. Lors d’une coloration chimique, le produit ouvre les écailles du cheveu pour les décolorer et les recolorer, ce qui dénature la fibre. De même, la chaleur excessive des appareils comme les lisseurs, les boucleurs ou les brushings à répétition traumatisent le cheveu, qui s’abîme. Les écailles s’écartent de la fibre, le cheveu devient poreux, la couleur terne, le toucher rêche comme de la paille.

Quel shampoing pour les cheveux abîmés ?
Choisissez des shampoings spécifiques pour les cheveux abîmés, comme ceux à base de céramides ou de kératine, composants naturels des cheveux. Mais un shampoing ne suffit pas, il faut faire des soins en profondeur réguliers pour réparer la fibre, et penser à couper les pointes, qui sont la partie la plus abîmée.

Vous avez les cheveux normaux ? Quelle chanceuse ! Mais ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi, au contraire : si vos cheveux sont parfaits, il faut faire en sorte qu’ils le restent ! Optez donc pour un shampoing doux à la formule légère pour ne pas les alourdir. Faites leur un soin régulièrement, et restez à l’écoute…

Cheveux épais et cheveux fins

C’est bien connu : on veut ce que l’on n’a pas. Celles qui ont les cheveux épais veulent dompter le volume, tandis que celles qui ont les cheveux fins veulent le booster. Commencez par adapter votre shampoing !

Quel shampoing pour cheveux fins ?
Il vous faut un shampoing volumateur bien sûr ! Votre shampoing doit avoir une formule légère qui laisse respirer les cheveux. Les actifs doivent à la fois gainer la fibre pour lui donner de la matière et stimuler le bulbe pour redresser le cheveu à la racine. Rien de tel pour redonner du volume aux cheveux fins !

Quel shampoing pour cheveux épais ?
Si vous voulez dompter un peu votre volume, le mieux est de choisir un shampoing spécifique pour cheveux épais à base d’huiles ou de beurres végétaux, puis d’appliquer un après-shampoing : les actifs vont alourdir un peu votre masse capillaire et lisser la fibre pour éviter qu’ils frisottent.

Cheveux colorés ou méchés et cheveux blancs

Quand on change de couleur, qu’on fait un balayage ou des mèches, on ressort de chez le coiffeur toute belle et toute contente. Mais pour que ça dure, il faut prendre soin de sa couleur !

Quel shampoing pour les cheveux colorés ?
Si vous avez les cheveux colorés artificiellement, la couleur peut s’abîmer au fur et à mesure des lavages. Il vous faut donc un shampoing spécifique qui va protéger la couleur et soigner les cheveux après l’agression du processus de coloration.
Il doit contenir des antioxydants, typiquement de la vitamine E, qui va empêcher la couleur de s’oxyder, donc de ternir. Attentions également aux sulfates, qui ont la réputation de ternir les couleurs fragiles.
Dernier conseil : Plus les shampoings sont rapprochés, plus la couleur va se délaver rapidement, alors espacez vos shampoings !
Si votre couleur est naturelle, vous pouvez aussi utiliser des shampoings spécifiques pour booster leur couleur: camomille pour les blondes, henné pour les brunes… Ils donneront de jolis reflets à votre chevelure !

Quel shampoing pour les cheveux blancs ?
Si vous avez les cheveux blancs, optez pour un shampoing déjaunisseur pour parvenir à une jolie couleur argentée. Ils ont une couleur violette (couleur complémentaire du jaune) pour éliminer la couleur jaune et obtenir un gris lumineux.

Choisir la composition de son shampoing

Aujourd’hui, de nombreux ingrédients sont incriminés dans les cosmétiques, et les shampoings ne font pas exception. On fait le point :

– les parabènes : ce sont des conservateurs qui ont tendance à être incriminés à tort. Si vous voulez conserver votre shampoing, il faut un conservateur. L’utilisation des parabènes est règlementée et les études montrent qu’ils ne sont pas plus néfastes que d’autres conservateurs de synthèse. Toutefois, si vous ne voulez pas de conservateurs synthétiques, il existe des conservateurs naturels, notamment dans les produits bio !
– les sulfates : nom raccourci donné aux tensioactifs sulfatés, qui sont des composés moussants. Ils sont utilisés car ils sont peu coûteux et moussent beaucoup (et on a tendance à se dire que quand ça mousse, ça lave forcément). Le reproche : ils ont tendance à être décapants et à exciter les glandes sébacées (donc la production de sébum). Et du coup, ils ne servent qu’à faire mousser, ce qui du point de vue lavage, ne sert à rien. Notre avis : tout dépend de la formulation. Ils n’ont pas d’intérêt, mais s’ils sont bien dosés avec d’autres ingrédients nourrissants, le shampoing peut convenir parfaitement !
– les silicones : aaah, les silicones. C’est un ingrédient synthétique qui a la propriété de rendre le cheveu très doux en se déposant sur la surface. Problème : il a tendance à alourdir la fibre. Pas terrible donc si vous recherchez du volume. Quant au fait d’ « étouffer » la fibre, cela ne veut rien dire, puisque les longueurs sont une matière morte. En revanche, ils se dégradent mal et sont donc mauvais pour l’environnement. Conclusion : pour les cheveux fins non, pour les écolos non plus, pour les autres pourquoi pas !

D’une façon générale, si vous êtes soucieuse de l’environnement et de la naturalité des formulations cosmétiques, tournez-vous vers des shampoings bio !

Et les crèmes lavantes, les shampoings secs, les shampoings solides ?

Que choisir parmi tous ces produits ? On vous éclaire :

– les crèmes lavantes sont des alternatives aux shampoings que l’on retrouve de plus en plus suite à la tendance du low-poo (moins de shampoing). Ce sont des soins enrichis en agents lavants qui ne moussent pas ou peu, sans actifs détergents. Ils sont une bonne solution dans une routine moins décapante des cheveux, que vous pouvez alterner avec votre shampoing classique.
– les shampoings solides : ils se présentent sous forme de pain, comme un savon solide. Vous pouvez donc l’émulsionner dans vos mains avant d’appliquer le produit obtenu sur votre cuir chevelu, et masser normalement ! Ils sont beaucoup plus écologiques et transportables que les shampoings classiques, mais leur composition n’est pas toujours plus naturelle !
– les shampoings secs : les shampoings secs ne lavent pas ! Leur poudre absorbe l’excès de sébum pour « rafraîchir » la chevelure entre deux shampoings. Ils peuvent donc être une bonne solution pour espacer les shampoings, ou pour donner un coup de volume aux racines, mais ils ne sont pas une solution à long terme !

Une fois votre shampoing choisi, optez aussi pour un après-shampoing assorti pour optimiser les effets, et un masque pour les soigner en profondeur !

Désormais, vous avez toutes les armes pour choisir votre shampoing parfait ! Découvrez notre Top Shampooings pour trouver celui qui est fait pour vous !

Le Lexique

Parabènes : Conservateurs de synthèse utilisés notamment en cosmétiques pour conserver les produits.
Sulfates : Nom raccourci donné aux tensioactifs sulfatés. Les tensioactifs sulfatés sont des tensioactifs moussants, qui vont simplement produire de la mousse sans avoir d’action lavante.
Silicone (ingrédient) : Ingrédient synthétique utilisé en cosmétologie pour donner un effet doux et soyeux à la peau ou aux cheveux.
Low-poo : Tendance cosmétique consistant à utiliser moins de shampoing, et d’avantage de crèmes lavantes douces pour nettoyer les cheveux.
Kératolytique : Qui élimine les cellules mortes.

Voir tous nos guides d’achat beauté