Les effets de la pollution sur votre beauté

par alexia-t

Lire
We Love Beauty

Marcaux / Photographer’s Choice

Le pic de pollution qui a sévit au cours des derniers jours a causé bon nombre d’inquiétudes. Angoissés par ce phénomène, vous ne saviez plus comment organiser vos journées et quelle attitude adopter pour avoir les bons réflexes. Pensez-vous réellement que la pollution ne provoque que de l’asthme, des inflammations respiratoires et des allergies non désirées ?
Détrompez-vous, elle a aussi un impact sur la santé de notre peau, de nos cheveux et de nos yeux…

La pollution n’aura pas ma peau !

La pollution de l’air est très nocive pour la peau et engendrerait vieillissement cutané, , développement de l’acné, et dégradation du matériel cellulaire.

Les différents agents polluant à l’origine des agressions sur la peau :

  • L’ozone et les oxydes d’azote entrainent des inflammations : la peau est alors irritée et réactive.
  • Le monoxyde de carbone est responsable d’hypoxie tissulaire (carence en apport d’oxygène aux tissus) : le métabolisme de la peau est ralenti (teint terne, vieillissement cutané prématuré, sécheresse).
  • Le dioxyde de soufre déclenche des altérations du film hydrolipidique la peau est alors irritée et sensible.
  • Les particules en suspension peuvent provoquer une irritation de la peau et des allergies.

Se fixant à la peau, les polluants se mélangent aux salissures naturelles, au sébum, aux résidus de maquillage et, sous l’effet des UV, génèrent des toxines et des radicaux libres.
Ces toxines pénètrent et se propagent dans l’épiderme. Elles saturent les systèmes naturels de défense et de détoxification de la peau et les empêchent ainsi de bien fonctionner. Les toxines s’accumulent, les cellules s’asphyxient.

Les conséquences

En milieu fortement pollué, les peaux sensibles deviennent irritables, rugueuses ternes, et souffrent parfois de (pour leur donner un second souffle, lisez notre guide Comment prendre soin de sa peau sensible !).
Les peaux grasses, elles, ont tendance à laisser apparaître des imperfections : brillance, comédons, acné, voire aggravation de certaines dermatoses. Les polluants qui agressent la peau diminuent, en effet, sa capacité à réguler son hydratation, d’où un dessèchement chez les peaux sensibles ou l’obsturation des pores chez les peaux grasses.

Quel que soit le , l’épiderme perd de son élasticité, de sa souplesse et de son éclat.

Le bon geste

Utiliser une crème anti-oxydante qui en plus d’hydrater intensément votre peau, la préservera des signes de fatigue, de stress ou de pollution.

Astuce de grand-mère : écrasez 100g de fraises (riches en antioxydant et en vitamine C), ajoutez 10cl de lait frais et 5 gouttes d’huile essentielle de lavande. Etalez la préparation sur votre visage et laissez agir au moins 15 minutes.

Vous avez le teint terne ? Découvrez notre guide Comment avoir un teint lumineux !

Non, ce n’est pas tiré par les cheveux !

L’origine de la sensibilité du cuir chevelu

Plusieurs causes peuvent expliquer la sensibilité du cuir chevelu. À commencer par un déséquilibre dans la production de sébum qui peut provoquer des irritations. La pollution est également à l’origine de l’irritation du cuir chevelu. En effet, celle-ci dépose sur la chevelure des éléments qui créent un voile terne et génèrent des radicaux libres qui modifient la structure du cuir chevelu et altèrent le bulbe pileux. Le cheveu perd alors tout son éclat et sa vigueur.

 

Les symptômes

Comme la peau du visage ou du corps, le cuir chevelu est parfois sensible.
Tiraillements, racines des cheveux douloureuses, démangeaisons… Le cuir chevelu est soumis à de nombreuses agressions quotidiennes qui le fragilisent.
Sous l’action de certains facteurs comme la pollution, il développe ainsi une sensibilité accrue. Outre des démangeaisons, une sensation de sécheresse et une légère douleur au toucher, des pellicules peuvent aussi apparaître.
En effet, la flore physiologique du cuir chevelu se modifie et des micro-organismes se multiplient. Les cellules du cuir chevelu se renouvellent alors plus rapidement et des pellicules se forment.

Les bons gestes

Pour rétablir l’équilibre physiologique du cuir chevelu, le premier réflexe est l’emploi de shampooings doux pour . Les shampooing enrichis de l’algue brune, Durvillea Antarctica, agissent en véritable bouclier pour lutter contre des conditions extrême comme la pollution.
D’autres gestes sont également à adopter pour respecter au quotidien son cuir chevelu :

  • Avoir une alimentation saine et équilibrée
  • Masser son cuir chevelu régulièrement pour stimuler la circulation sanguine
  • Ne pas attacher ses cheveux trop serrés et les laisser respirer au cours de la journée
  • Protéger ses cheveux du soleil à l’aide de chapeaux

Astuce de grand-mère :  contre les cheveux ternes, mélanger une cuillère à thé de miel avec un jaune d’oeuf pour obtenir une crème. Étaler cette crème sur cheveux en massant. Laisser agir au moins dix minutes ce soin sous une serviette chaude ou un film plastique, et laver ensuite les cheveux normalement.

La pollution de l’air peut aussi taper dans l’oeil ! 

Notre appareil respiratoire n’est pas la seule partie de notre corps à être en contact direct avec l’air qui nous entoure : nos constituent des cibles privilégiées de la pollution atmosphérique.

 

La fréquence des irritations oculaires augmente-t-elle avec les pics de pollution ?

Nos yeux représentent une cible particulièrement exposée aux polluants atmosphériques. En effet, les multiples polluants que l’on rencontre à l’extérieur et à l’intérieur de chez nous entrent directement en contact avec la surface oculaire. Certains sont réellement toxiques pour nos yeux.

C’est ainsi que les polluants environnementaux peuvent détériorer le film lacrymal, la cornée et la conjonctive, provoquant des irritations oculaires (picotements, lourdeur, sensibilité accrue à la lumière, sensation de corps étrangers…), des conjonctivites, une sécheresse oculaire, des kératites, une aggravation des symptômes  ou d’une maladie oculaire préexistante, une intolérance aux lentilles.

En pratique, les larmes ont leur utilité. Il est important de ne pas se frotter les yeux. Lorsque les larmes sont trop importantes ou inversement en cas de sécheresse oculaire, il est recommandé de consulter son médecin ou ophtalmologiste afin de rechercher l’origine et trouver une solution.

Que sont les yeux rouges ?

Quand la muqueuse transparente qui recouvre la partie blanche de l’œil commence à vous irriter, il y a des risques que l’orbite devienne rouge. Une infection qui se produit fréquemment et peut aussi avoir de multiples causes.
Parmi les différentes causes liées aux yeux rouges on retrouve bien entendu la pollution atmosphérique.

Les bons gestes

Utiliser des gouttes ophtalmiques sous conseil ophtalmologique.
Ne vous frottez pas les yeux car vous risquez de les irriter encore plus.
Utiliser un crème douce démaquillante pour le visage et pour les yeux. Ce soin protège les yeux fragilisés par les méfaits atmosphériques.

Astuce de grand-mère : réaliser des compresses de camomille avec une infusion de fleurs de camomille, à laisser poser les yeux fermés.

photos : Gilbert Benesty pour Beautistas